« Des milieux et hauts de gamme extrêmement qualitatifs », Fabrice BEAUGRAND, journaliste dégustateur

17 septembre 2018

Fabrice BEAUGRAND raconte avoir découvert le Cahors au milieu des années 90, avec des vins extrêmement tanniques, qui étaient taillés pour la garde. Or, en 2016, il redéguste les vins de l’appellation et prend la mesure du chemin parcouru en 20 ans.  Aujourd’hui, précise-t-il, les vins y sont « extrêmement digestes, avec des qualités de tannins qui ont extrêmement progressé ». Et de conclure qu’il n’a plus un Cahors mais une grande variété de Cahors, avec des profils aromatiques plus précis et des terroirs de plus en plus marqués, et surtout l’élaboration de milieux et hauts de gamme  « extrêmement qualitatifs ».

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Aurore Del Vitto

Aurore Del Vitto

Responsable des relations presse & de la communication digitale
vous devriez aussi aimer