Le Point Spécial Vins – Reportage

14 septembre 2021

Cahors, le malbec remonte la pente

Reportage sur une appellation en constante évolution. Le Spécial Vins vous propose une sélection des plus belles cuvées Cahors.

Les vignerons du cru se mobilisent et jouent la carte de l’élégance pour faire oublier les vins rustiques d’autrefois.

Par Olivier Bompas
Cahors, le malbec remonte la pente. Carte du vignoble de l'appellation Cahors
Le point n°2561 vendredi 10 septembre 2021

La page est tournée.  La cuvée Carte noire, qui était vendue en grande distribution dans les années 1980, a bien sapé notre image, mais c’est terminé, on n’en parle plus, les jeunes consommateurs ne savent même pas que ce vin a existé ! A 38 ans, Arnaud Bladinières est, depuis 2018, aux commandes du Mas des étoiles, le domaine familial. Parcours impeccable, études au lycée viticole de Montagne-Saint-Emilion, stages à la Fleur de Boüard, dans le bordelais, et au domaine Lucien Muzard, en Bourgogne, puis vinification en Australie. “ J’avais bouclé la boucle, je suis rentré quand mes parents ont pris leur retraite. Je suis passé au bio et je fais du parcellaire pour créer des cuvées. Avant, on ne savait pas où nous situer, quelque part loin de Bordeaux… Aujourd’hui c’est fini. La génération des parents a souffert, mais peu à peu, ils ont fait évoluer les mentalités et c’est ma génération qui est en train de faire changer vraiment l’image ! ”

Ça marche ! Des jeunes s’installent tous les ans, repensent les gammes, communiquent terroir et ne veulent plus entendre parler du vin rustique « spécial cassoulet » d’autrefois. “On a même inventé le vin de soif de terroir ”, s’amusent en chœur Pascal Verhaeghe et Maurin Bérenger, vignerons respectivement au château du Cèdre et au Domaine La Bérangeraie, coprésidents de l’interprofession. “Attention ! Vin de soif ne signifie pas que l’on se met au niveau des IGP [ancien vin de pays], il ne s’agit pas non plus de vins de cépages, on reste dans le cadre du Cahors. On veut simplement prouver qu’avec le malbec, on peut aussi élaborer des vins fruités.”

Ce cépage a connu l’époque « vin noir », robuste et coloré, qui plaisait aux tsars, puis celle des trop fort rendements : tanins pas mûrs, peu d’arômes, rouges rustauds, sans grâce. En réaction, dans les années 1990 à 2000, à l’image de nombreux vignobles, les vignerons ont majoritairement cédé à la mode des vins « bodybuildés », répondant à un goût international pour des vins concentrés, au boisé vanillé bien présent. “Cette mode est passée, poursuit Pascal Verhaeghe, nous avons trouvé le bon équilibre, avec des vins simples pas trop extraits. Les hauts de gamme peuvent vieillir vingt ans, mais il faut aussi des vins prêts à boire après quatre à cinq ans de cave. Ce sont ceux-là qui expriment notre image : de vrais vins de gastronomie abordables.”

Au Clos du Chêne, à Duravel, Valérie Roussille confirme. Elle a pris, il y a un peu plus de vingt ans, la suite de ses parents. Elle propose cinq cuvées de Cahors. “On est sur les deuxièmes terrasses, une vingtaine d’hectares sur des sols profonds qui donnent des vins assez souples ; certains les trouvent trop légers, mais cette diversité de terroirs, c’est la force de l’appellation.” On ne peut pas comprendre les vins de Cahors sans quelques explications sur la topographie locale. Les premières vignes se situent près du fleuve, le Lot, et grimpent vers les Causses. Sur les premières terrasses, terroir d’alluvions et de sables, on produit les vins les plus faciles ; ensuite, plus on prend de l’altitude, plus les argiles sont présentes. La deuxième, puis la troisième terrasse, donnent donc des vins de plus en plus corsés et tanniques. Tout en haut, c’est le plateau, les Causses. Là, changement de décor. Le calcaire domine le débat et donne des vins pas très riches en tannins et plutôt vifs. Le nec plus ultra fut longtemps la troisième terrasse avec ses vins de caractère. Les temps ont changé, les goûts des consommateurs aussi, qui apprécient désormais la finesse et la fraîcheur des calcaires.

Les chefs cuisiniers du Lot l’ont bien compris. Ils ont accepté la proposition de l’interprofession de créer « Expérience Cahors Malbec », un carnet de dégustation offert aux amateurs. Il référence les tables qui jouent le jeu des vins de cru et proposent en accord une cuisine adaptée, qui change des plats traditionnels de la région. Adossée à l’office du tourisme, la Villa Malbec est devenue la vitrine de l’appellation. Des dégustations y sont proposées tout au long de l’année. “ Nous sommes des ambassadeurs, on fait découvrir les vins mais on ne vend rien ; ensuite, les gens vont chez les vignerons, chez les cavistes, ou dans les restaurants précise Pascal Verhaeghe.

Côté vignerons, ça bouge aussi beaucoup. Ils sont 47 à ce jour, représentant 50% des volumes, à s’être mobilisés pour inventer « un autre style de gouvernance » de l’appellation. Ils participent à des commissions, où sont abordés tous les sujets. Pêle-mêle, l’évolution du marché, les pratiques viticoles et œnologiques, l’image, la façon de motiver les plus jeunes, ou encore les problématiques liés au dérèglement climatique. Pascal Verhaeghe est enthousiaste : “ Nous sommes passés au vignoble connecté avec suivi des maturités grâce à un appareil qui permet de quantifier les montées en sucre. C’est beaucoup plus précis que les méthodes empiriques ; l’empirisme, avec les évolutions climatiques, ce n’est plus fiable, les repères ne sont plus les mêmes.

Olivier Bompas

Sélection de belles cuvées Cahors

2020

  • Château Lamartine – Tandem – 14/14,5
    • Nez fin, fruits rouges, cerise, bouche fraîche, feuillage, en longueur, finale salivante, relevée. 11€
  • Mas des Etoiles – Petite étoile – 15
    • Fruits rouges, feuillage, de la finesse, juteux, note amère délicate, tanins fermes, savoureux, bouche fraîche, tendue, finale relevée. 9€
  • Château Vincens – P.U.R.E – 15
    • Fruits noirs, de la fraîcheur, nez élégant, note mentholée, tanins fins, veloutés, note de mûre, bouche ample, harmonieuse. 7€

2019

  • Clos d’Audhuy – 17
    • Fruits noirs, mûre, myrtille, bouche fraîche, bien bâtie, juteuses, tanins fermes, salivants, finale épicée, à attendre. 18,50€
  • Château Eugénie – Réserve de l’Aïeul – 14,5/15
    • Fruits noirs, note d’élevage, toasté en bouche, tanins serrés, vin sérieux, bon équilibre, juteux, finale épicée, à attendre. 14€
  • Château Haute-Borie – Prestige – 15
    • Fruits noirs, réglisse, bouche dense, harmonieuse, épicée, tanins poudrés, persistant. 11€
  • Château Haut-Monplaisir – Tradition – 14,5/15
    • Nez frais, burlat, bouche juteuse, tanins fins, veloutés, en longueur, finale salivante. 8,90€
  • Château Leret-Monpezat – Leret-Monpezat 16/16,5
    • Nez délicat, parfumé, fruité frais, cerise, sureau, bouche équilibrée, raffinée, finale élégante. 8,30€
  • Mas del Périé – Acacias – 15
    • Fruits noirs, épices, bouche tendre, harmonieuse, fraîcheur mentholée, tanins fins, du moelleux. 30€
  • Château Ponzac – Les Peyrières – 16
    • Fruits noirs, mûre, bigarreau, tanins fins, veloutés, bouche bien enrobée, finale vive, sapide, relevée. 18€
  • Château La Reyne – Le Prestige – 14,5/15
    • Fruits noirs, bouche ample, relevée, tanins veloutés, enrobés, finale épicée. 12€
  • Château Souleillou 14,5
    • Nez fin, fruits rouges, bouche fraîche, charnue, tanins veloutés, en longueur, finale relevée, graphite. 7€

2018

  • Domaine la Bérangeraie – Maurin – 17
    • Fruité pur, fruits noirs, sureau, feuillages, bouche typée, élégante, savoureuse, finale poivrée persistante. 10€
  • Château La Caminade – Seul….Je suis – 14/14,5
    • Fruits rouges, cerise, mûre, tanins fins, fondus, bouche juteuse, épicée, feuilles froissées, note amère agréable. 9,50€
  • Château du Cèdre – GC – 17
    • Fruits noirs, terre humide, baies sauvages, bouche charnue, juteuse, épicée, tanins fins, veloutés, enrobés, finale harmonieuse. 75€
  • Clos de Gamot – Cuvée des vignes centenaires – 16
    • Nez frais, cerise, sureau, bouche ample, tanins moelleux, denses, feuillage, finale typée, savoureuse. 30€
  • Clos du Chêne – 15/15,5
    • Expressif, fruits rouges, cerise, note fumée, aromates, tanins fins, veloutés, serrés, long, finale harmonieuse. 9€
  • Le Clos d’un Jour – Un Jour sur terre – 14/14,5
    • Nez fin, griotte, bouche typée, parfums d’aromates, tanins poudrés, fondus, finale épicée. 18€
  • Clos Triguedina – 14,5
    • Frits rouges, cerise, petits tanins fins, bouche juteuse, relevée, en longueur, finale épicée. 19,95€
  • Domaine Cosse Maisonneuve – Le Sid – 17
    • Nez fin, fruité pur, burlat, mûre, note fumée, bouche charnue, tanins gras, denses, bois de réglisse, complet, long, finale poivrée. 28€
  • Crocus – Le calcifère – 16/16,5
    • Nez frais, fruits noirs, burlat, mûre, tanins fins, veloutés, bouche élégante, bien en place, finale vive, salivante. 39€
  • Château les Croisille – Divin – 15
    • Fruits noirs, noyau, bigarreau, tanins gras, serrés, en longueur, harmonieux, finale raffinée. 25€
  • Château Eugénie – Haute Collection – 16,5/17
    • Fruité pur, gelée de fruits noirs, bouche fraîche, tanins fins, veloutés, sapides, très équilibré, long, savoureux. 24€
  • Château de Mercuès – Grand Vin – 16
    • Baies sauvages, mûre, bouche ample, tanins fins, enrobés, du moelleux, complet. 22€
  • Métairie Grande du Théron – Prestige – 16,5/17
    • Fruits rouges, compote de cerise, bouche ronde, tanins moelleux, bois de réglisse, finale persistante, poivrée. 11€
  • Château Ponzac – 15
    • Fruits rouges, griotte, fraîcheur mentholée, tanins fins, moelleux, bouche harmonieuse, vin délicat. 11€
  • Domaine du Théron – Mise à nu – 16,5
    • Expressif, lard fumé, sureau, bouche ample, riche, tanins denses, gras, bon volume, finale harmonieuse, en place. 12€
  • Vignobles Saint-Didier Parnac – Cintux – 15/15,5
    • Fruits noirs, un peu lard fumé, feuillage, tanins fermes, bien présents, bouche harmonieuse, épicée. 39€
  • Château Vincens – Origine – 16,5
    • Nez raffiné, salade de fruits rouges, tanins fins, poudrés, bien en place, finale épicée. 19€

2017

  • Château Cantelauze-Mézy – Parcelle Trejet – 14
    • Fruits rouges, de la fraîcheur, bouche harmonieuse, juteuse, finale salivante. 29€
  • Château La Gineste – Secret – 14
    • Fruité net, fruits rouges, de la fraîcheur, tanins fins, frais, salivants, finale vive, relevée. 14€
  • Domaine Les Roques de Cana – Sanguis Christi – 14
    • Nez frais, fruits rouges, bouche vive, juteuse, relevée, bon équilibre. 25€

2016

  • Le Clos d’un Jour – 14,5/15
    • Nez fin, pot-pourri, cerises au sirop, bouche souple, tanins fins, enrobés, harmonieux. 12€
  • Château Lagrézette – Marguerite – 15
    • Baies sauvages, terre humide, tanins denses, présents, bien bâti, persistant. 38€
  • Château Leret-Monpezat – Grand Vin – 16/16,5
    • Fruits noirs, rose séchée, note mentholée, tanins fins, salivants, finale savoureuse. 19€
  • Domain du Prince – Rossignol – 15,5/16
    • Fleurs séchées, gelée de mûre, bouche harmonieuse, charnue, tanins fins, fondus, bois de réglisse en finale. 15€

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Aurore Del Vitto

Aurore Del Vitto

Responsable des relations presse & de la communication digitale
vous devriez aussi aimer